Alternative Santé - L'Impatient, le mensuel de votre santé au quotidien. Se soigner autrement grâce aux ressources des médecines alternatives et naturelles.
Alternative Santé l'Impatient. Etre responsable de sa santé, prévenir la maladie, se soigner par des médecines douces, alternatives et naturelles médecines alternatives, médecines douces, santé, magazine de santé, journal de santé, Association de soutien au journal alternative santé l'impatient, défense des droits des patients et malades, vaccination, médecine non conventionnelle, environnement
     

 

 

 

 

LE GUIDE DES VACCINATIONS

 

Guide pratique des vaccins
calendrier vaccinal
liste des vaccins
vaccins courants
BCG et tuberculose
tests tuberculiniques
coquelluche
diphtérie
grippe
haemophilus influenzae
hépatite B
oreillons
poliomyélite
rougeole
rubéole
tétanos
les autres vaccins
hépatite A
choléra
fièvre jaune
leptospirose
méningocoque
méningite
pneumocoque
rage
typhoïde
varicelle
vaccins des voyageurs
Les vaccins en question
BCG: imposture !
faillite du BCG
pharmacovigilance
le REVAHB
5 ans d'enquête
on nous cache tout
contre-indications
effets indésirables
alerte au mercure
vaccinovigilance
après un accident
arme à double tranchant
mythes de la protection
Vos droits
porte ouverte aux abus
vaccination obligatoire
répression
vaccinations contestées
les associations
Science et histoire
système immunitaire
préparation des vaccins
lexique
immunité naturelle
les homéopathes
lobbying des labos
Pasteur

 

 

 

hépatite A

 

vaccin recommandé : pour certaines professions (personnels des crèches et des internats d’établissements pour jeunes handicapés, personnels de traitement des eaux usées), pour les jeunes des établissements pour handicapés, pour les adultes voyageant en zones d’endémie, pour des sujets à risques particuliers (transfusés, toxicomanes, homosexuels).

vaccin commercialisé :
* Vaccin simple : Avaxim, Havrix, Vaqta
* Vaccin double ( hépatites A + B) : Twinrix.

L’hépatite A est la plus répandue des hépatites (59 % des cas en France). Le virus se transmet par contamination de l’eau et des aliments souillés. Elle a longtemps été une maladie commune de l’enfance, en général sans symptômes. Les progrès de l’hygiène ont réduit la contagion et repoussé l’âge de la maladie qui est aujourd’hui beaucoup plus fréquente à l’adolescence et à l’âge adulte. Plus l’âge de contamination est élevé, plus l’hépatite risque d’être aiguë et sévère. La maladie aiguë se manifeste sous la forme d’un ictère (jaunisse) qui régresse en dix à vingt jours, exceptionnellement plus. La convalescence, elle, peut durer plusieurs semaines avec parfois des rechutes (7 à 10 % des cas). Dans moins de 5 % des cas, la maladie peut se prolonger plusieurs mois. L’hépatite A n’évolue jamais vers une forme chronique. Mais il y a chez l’adulte quelques cas d’hépatites fulminantes très graves. Il n’y a pas de traitement spécifique, seuls le repos et la diète sont recommandés. Les vaccins sont préparés à partir de souches entières du virus cultivées sur cellules humaines diploïdes (possédant des chromosomes par paires) et inactivées au phénoxyéthanol (ainsi qu’au formol pour Avaxim). Plus de 95 % des vaccinés développent un bon taux d’anticorps, mais on manque de recul pour apprécier la durée de cette protection. Selon Le Guide des vaccinations, les effets indésirables, locaux ou généraux sont faibles, principalement des réactions locales dues à l’adjuvant (hydroxyde d’aluminium). Le vaccin est contre-indiqué dans les infections fébriles sévères. Twinrix, vaccin combiné A et B, n’est recommandé que dans le cas d’une double indication contre les hépatites A et B.

Commentaire d’alternative santé - l’Impatient

Le revue Prescrire (novembre 1995) remarque que le vaccin a été lancé en 1992 « avec un grand tapage médiatique. Trois ans plus tard, il s’avère que le dosage (choisi à l’époque) n’était optimal ni pour l’adulte, ni pour l’enfant ». En outre, on ne sait pas quelle est la durée de la protection apportée. Si les effets indésirables sont sans gravité, ils restent assez fréquents : entre 9 % et 22 % d'effets locaux (rougeur et douleur locale) et 5 % à 20 % d’effets généraux transitoires (maux de tête, fièvre, anorexie pendant un ou deux jours). Des chiffres un peu plus importants ont été constatés dans d’autres études plus récentes, réalisées lors de la mise au point des formes pédiatriques : Havrix 720 et Vaqta (la revue Prescrire, février 2000)...

 

 

 

 

 

 

Retour

Accueil - Dossiers - S'abonner - Email - Livres conseillés - Forum - News letter -
Copyright Alternative-Santé L'Impatient © 1998 - 2002