Alternative Santé - L'Impatient, le mensuel de votre santé au quotidien. Se soigner autrement grâce aux ressources des médecines alternatives et naturelles.
Alternative Santé l'Impatient. Etre responsable de sa santé, prévenir la maladie, se soigner par des médecines douces, alternatives et naturelles Antenne des médecines douces, alternatives et naturelles. Le site de Votre Santé. Etre responsable de sa santé. Trouver des réponses pratiques. Prévenir le maladie. Découvrir les ressources des médecines alternatives et naturelles. Acupuncture, Auriculothérapie, Hypno-sophrologie, Hypnose thérapeutique, Massages ayurvediques, Massages chinois, Meditation, Médecine chinoise, Sexologie, Shiatsu, Sophrologie, Stress, Tantra, Homéopathie, Ostéopathie, Chiropractie
     

 

 

 

 

Mars 1999

Interview de Philippe Brenot, psychiatre-anthropologue


Dossier du Mois
La Vraie relaxation
orange1.gif (606 octets) Se retrouver soi et les  autres
orange1.gif (606 octets) Libérer le mental
orange1.gif (606 octets) Relaxation et sexualité
orange1.gif (606 octets) Le training autogène de Schultz
orange1.gif (606 octets) L’eutonie
orange1.gif (606 octets) Le yoga-nidra
orange1.gif (606 octets) Limites de la relaxation
orange1.gif (606 octets) Fédération Européenne de Relaxologie
orange1.gif (606 octets) Qi Gong
orange1.gif (606 octets) Méthode Vittoz
orange1.gif (606 octets) Sensitive Gestalt Massage
   
orange1.gif (606 octets) Désamiantage le scandale:
orange1.gif (606 octets) un matériau qui tue
orange1.gif (606 octets) un médecin témoigne
   
orange1.gif (606 octets) Les hormones végétales ?
orange1.gif (606 octets) alimentation
   

 

 

 

" La relaxation permet de mieux vivre sa sexualité "

 

 

Philippe Brenot est directeur d’enseignement en sexologie à l’université Victor-Segalen, Bordeaux II. Il a publié : La Relaxation (Coll. Que sais-je, éd. Puf) et Relaxation et sexualité (éd. Odile Jacob) avec Suzanne Kepes.

ALTERNATIVE SANTÉ - L’Impatient : Dans quelle mesure la relaxation, facilite-t-elle le retour du refoulé et la verbalisation ?

Brenot.Photo R-E. EspalieuPhilippe Brenot : Le corps n’est pas seulement un assemblage d’organes, il est une construction charnelle et symbolique, qui naît par le toucher de la mère. C’est à travers la qualité de ce toucher que le cerveau du nouveau-né va élaborer son schéma corporel. Par exemple, la façon de tenir le tout-petit façonne sa personnalité, car le corps conserve ce vécu antérieur. Les souvenirs se stockent en mémoire, parce qu’ils sont liés à des émotions. En relaxation, la position d’immobilité, les yeux fermés, le calme, la focalisation sensorielle sur le corps vont favoriser le retour du refoulé . " Tiens, ce bras me fait mal. C’est celui avec lequel je me protégeais quand mon père essayait de me frapper ", lâche une personne qui travaille en relaxation. La relaxation est ainsi un activateur de la psychothérapie.

La relaxation est-elle mieux armée que la psychanalyse?

Je n’oppose pas relaxation et psychanalyse. Une part de relaxation entre dans la cure psychanalytique. De même, la psychothérapie donne sa dimension vraie à la relaxation. La psychanalyse est une forme de relaxation, puisqu’elle vise notamment à la résolution des tensions. En tant que thérapie, selon les symptômes, elle n’est cependant pas toujours indiquée, ou elle mériterait d’être complétée. Certaines personnes, qui suivent une psychanalyse, peuvent avoir vu leurs symptômes disparaître, mais des tensions demeurer parce qu’elles n’arrivent pas à se détendre. La relaxation, quant à elle, ne comporte pas seulement des indications somatiques, mais se situe au carrefour du physique et du psychique ainsi que des thérapies qui tentent d’apporter des solutions.

En quoi la relaxation est-elle un état anti-émotion par excellence ?

Les différentes relaxations, traditionnelles (yoga…), thérapeutiques (training autogène…) ou psychanalytiques ne font que retrouver un état physiologique, c’est en cela qu’elles se ressemblent. Tous les êtres humains ressentent les mêmes sensations corporelles lorsqu’ils se relâchent. Les manifestations physiologiques de la relaxation sont opposées à l’état de stress, d’émotion. L’hypométabolisme, ou diminution des besoins en oxygène de l’organisme, est observé dans toutes les relaxations. Cet état est l’antithèse du stress. Les états de stress augmentent la sécrétion du cortisol et de l’adrénaline, ainsi que les rythmes cardiaques et respiratoires, vasoconstrictent les extrémités (qui sont froides et picotent) et vasodilatent le visage (qui ressent des bouffées de chaleur). Au contraire, au cours de la relaxation, les muscles se relâchent, les extrémités sont chaudes, le front est frais.

Quelles sont, en sexologie, les indications les plus courantes de la relaxation ?

Dans ma pratique de thérapeute, je l’utilise face aux tensions physiologiques ou pour déconditionner certains événements – tel un rapport sexuel –, vécus avec un trop-plein d’émotion. La personne ne va pas changer de personnalité, mais elle vivra mieux sa sexualité avec ce qui la constitue. Pour l’homme, la relaxation peut permettre un meilleur contrôle émotionnel, par exemple, lors de difficultés érectiles par excès de tension, ou dans certaines éjaculations prématurées. En ce qui concerne les troubles sexuels, tels que l’impuissance, une approche de couple est d’abord indiquée. Lors des tensions nerveuses ainsi que dans les névroses constituées, la disponibilité et la détente ne sont pas toujours au rendez-vous, alors que la sexualité nécessite concentration et détente. Pour les femmes, pratiquer la relaxation va favoriser leur disponibilité, l’abandon – ou le lâcher-prise –, la recherche de sensations internes et intimes. Une bonne indication en est le vaginisme (contraction spasmodique douloureuse des muscles constricteurs du vagin, Ndlr). Enfin, autonomie psychique et autonomie corporelle sont intimement liées. Elles se nourrissent l’une l’autre et contribuent à l’épanouissement personnel. La relaxation développe l’autonomie en favorisant la prise de conscience du corps et le vécu de l’espace intérieur, cette sensation personnelle d’exister intérieurement. Ces deux facteurs constituent très certainement un chemin vers l’épanouissement affectif et sexuel.

Propos recueillis par Karin Aujay impatient@regain-sante.com

 

 

 

 

 

 

 
Abonnement à notre News Letter
E-Mail :
Nom (optionnel) :
  Inscription Désinscription

Retour

Accueil - Dossiers - S'abonner - Email - Livres conseillés - Forum - News letter -
Copyright Alternative-Santé L'Impatient © 1998 - 2002