Alternative Santé - L'Impatient, le mensuel de votre santé au quotidien. Se soigner autrement grâce aux ressources des médecines alternatives et naturelles.
Alternative Santé l'Impatient. Etre responsable de sa santé, prévenir la maladie, se soigner par des médecines douces, alternatives et naturelles médecines alternatives, médecines douces, santé, magazine de santé, journal de santé, Association de soutien au journal alternative santé l'impatient, défense des droits des patients et malades, vaccination, médecine non conventionnelle, environnement

 

 

 


 

MAI 2001

 


Fiches Pratiques

DOSSIER VACHE FOLLE
----------------------
Re-suivons le boeuf !
----------------------
Que peut-on manger ?
----------------------
Le prion
----------------------
Surveillance tout azimut
----------------------
Vache folle et vaccin
----------------------
Les maladies de Creutzfeldt-Jakob
----------------------
Le scandale de l'hormone de croissance
----------------------
Témoignage d'une mère
----------------------
Fiches Pratiques
----------------------
----------------------
Micro-immunothérapie
----------------------

 

...

Commander
--------------------
S'abonner
--------------------
Quoi de neuf ?
--------------------
Livres conseillés
--------------------
Nous écrire
--------------------

 

 

 

Association

MCJ-Apev. Association des parents d'enfants victimes.
BP 7, 24580 Rouffignac.
Tél./Fax : 05 53 05 98 84 ; mcj.apev@wanadoo.fr
Créée en février 1996, l'association regroupe les familles des victimes des hormones de croissance. À la disposition de tous ceux qui se croient à risque, elle est un lieu d'écoute et d'échanges.

Certificats et labels

Label Rouge
Tél. : 01 53 23 04 01.
Conditions d'élevage, alimentation, abattage, maturation, bien-être animal, mise sur le marché sont les critères des cahiers des charges des bovins Label Rouge.
Ce label a été mis en place dans les années 80-85, il correspond actuellement à 10 % du volume vendu sur le marché et présente des prix globalement supérieurs de 30 % aux prix moyens. Dans le cahier des charges : pas de farines animales ni d'élevage extensif.

Bœuf de tradition bouchère
Distribuée en boucheries artisanales, cette viande est issue d'animaux de race à viande élevés traditionnellement, elle bénéficie de la signature " Critères Qualité Certifiés ". Parmi ces critères, le respect de la norme NF de tendreté, c'est-à-dire de sept jours minimum de maturation pour les morceaux à griller ou à rôtir.

Bœuf verte prairie
C'est l'équivalent du " bœuf de tradition bouchère " distribué en grandes et moyennes surfaces.

Sigle VBF pour Viande bovine française.
Mis en place en 1996, ce sigle signale que l'animal est né, a été élevé et abattu en France, et qu'il a été l'objet de contrôles auprès d'organismes agréés.

Filière BIO mention AB (agriculture biologique)
Pour n'avoir jamais autorisé de farines contenant des déchets animaux, la viande bio est devenue une référence. La mention AB ne peut être délivrée que pour des élevages qui :
- fournissent au bétail une alimentation provenant de l'agriculture biologique ;
- respectent les écosystèmes naturels ;
- respectent la santé animale.
Jusqu'à ce jour, une seule exploitation possédant le label AB a été touchée par une vache atteinte d'ESB. Il s'agissait d'un éleveur du Jura en reconversion, venu à la biologie en 1997, mais dont les animaux avaient consommé des farines animales avant cette date.
Un petit ouvrage, le Guide de la viande biologique, par Emmanuel La Touche et Arnaud Trollé, édition Sang de la Terre, paru en 1996, fournit 450 adresses de points de vente de viande biologique en France.

Tout un système en cause

Les farines de viande et d'os ont été jusqu'à présent les seules mises en cause dans la crise de la vache folle. Mais des animaux " naïfs ", c'est-à-dire nés après l'interdiction des farines animales, ont présenté des symptômes. Des éleveurs dont la bonne foi (comptabilité d'exploitation pour preuve) ne peut être mise en cause se sont trouvés concernés par des cas d'ESB. On le sait désormais, il y a eu des contaminations croisées (des farines destinées aux poulets et porcs contaminaient des farines destinées aux bovins) et verticales (passant de la mère au veau). Et surtout des fraudes - des traces de farines animales ayant été retrouvées dans des chargements de farines qui auraient dû ne pas en contenir. Ces raisons suffisent-elles à expliquer toutes les étrangetés constatées ? Soupçonnées d'être contaminées, les graisses animales ont été récemment interdites.
Les partisans de l'agriculture biologique et de l'agriculture paysanne considèrent qu'il existe d'autres types d'explications.

Les traitements contre le varron, d'abord. Mark Purdey, éleveur britannique, s'étonne de ce que la progression de la maladie en Angleterre ait suivi celle des traitements obligatoires contre le varron par des produits organophosphorés. Le varron est une mouche parasite qui pond ses œufs sur la peau des bovins ; les larves des varrons traversent le cuir en y laissant des trous (que voient d'un mauvais œil les tanneries et l'industrie du cuir !) puis migre à travers le corps de la vache en suivant les canaux des systèmes lymphatiques et nerveux, pour éclore enfin le long de la colonne vertébrale.
Un arrêté ministériel français signé le 4 novembre 1994 est à l'origine d'une campagne nationale d'éradication (1) du varron, campagne organisée canton par canton par arrêté préfectoral et à laquelle s'est opposé un " front des refuseurs " (2). Les organophosphorés sont réputés toxiques pour le système nerveux.

La sélection génétique. 92 % des cas d'ESB déclarés en France concernent trois races laitières hypersélectionnées : prim-holstein, montbéliarde et normande, provenant de l'insémination des femelles par un " club très fermé " de quelques reproducteurs. Cette sélection occasionne une perte de la diversité génétique, diminuant les capacités d'adaptation et de défense d'une espèce. Des études menées sur la tremblante du mouton (l'équivalent ovin de la vache folle) ont montré que la maladie concernait des génotypes particuliers. De là à penser qu'une sélection trop poussée des bêtes pourrait avoir favorisé la maladie…

Un déséquilibre minéral (excès de manganèse et pauvreté en zinc et cuivre) est également constaté par Mark Purdey dans l'eau, le sol et les aliments consommés dans les zones où on trouve des encéphalites spongiformes transmissibles.
Outre l'aberration d'avoir donné des protéines d'origine animale à des bovins dont le système digestif est fait pour digérer des protéines végétales - ce qui occasionne un accroissement dans le sang de déchets uriques toxiques pour le système nerveux - on peut se dire que le mode de production actuel n'a pu que favoriser la survenue de l'épizootie. C'est tout le système qu'il faut réviser. Ce que demandent la Confédération paysanne et Nature et progrès.
(1) L'éradication ou extermination totale d'une espèce est contraire au respect de la biodiversité imposé par l'article L 200-1 du Code rural et par l'article premier de la loi du 10 juillet 1976. Elle est donc illégale en France, sauf à changer la loi. Et pourtant elle se fait sans réelle justification sanitaire ou économique.
(2) Jean Coulardeau,
La Ribe, 43430 Les Vastres. Tél. : 04 71 59 53 43.

Dates à retenir

1985 : premiers cas de maladies ressemblant à la
tremblante du mouton chez des bovins anglais.
1986 : cette maladie est appelée "encéphalite spongiforme
bovine". Depuis cette date jusqu'en 2000, l'ESB
touchera 179 000 bovins anglais.
1988 - juillet : la Grande-Bretagne interdit l'usage des
farines animales pour ses ruminants, mais en autorise
l'exportation. La France, qui possède le premier troupeau bovin de l'Union européenne, continuera d'importer
des farines britanniques jusqu'en décembre 1989.
1990 - juin : la France interdit l'usage des farines
animales, quelle que soit leur origine, pour les bovins.
En 1994, application de cette mesure pour les cheptels
ovin et caprin.
1991 : premier cas d'ESB en France.
1994 : apparition outre-Manche des premiers malades du
nouveau variant de Creutzfeldt-Jakob. On saura en mars
1996 qu'il existe un lien entre ce nv-MCJ et l'ESB.
1996 - mai : 4 pages d'Alternative Santé - L'Impatient alertent sur la " vache folle ".
1996 - juin : première décision française de retrait de
certains morceaux à risque de la chaîne alimentaire.
Elle concerne l'encéphale, la moelle épinière et les yeux
de tous les ruminants. Novembre 1997, c'est au tour des crânes d'animaux de plus de douze mois et des intestins
de bêtes nées avant 1991. Octobre 2000 : interdiction
des intestins dans la confection d'andouilles, saucisses, saucissons, cervelas et autres charcuteries. Décembre
2000 : la côte de bœuf est suspendue.
1998 : l'Union européenne accepte la proportion de 0,5 %
de farines carnées (à l'exclusion des déchets à risque)
dans la composition d'aliments pour le bétail.
Octobre 2000 : les Fraudes françaises déclarent accepter
un taux de tolérance de 0,3 % de farines animales.
2001 - janvier : la France décide d'appliquer le test de
dépistage à tous les bovins de plus de trente mois
entrant dans la chaîne alimentaire. À l'occasion de ce
test, découverte d'un animal apparemment sain,
en phase d'incubation de la maladie et prêt à entrer dans
la chaîne alimentaire. À partir de ce cas rapporté
au nombre de bêtes testées, on estime à une centaine
le nombre de bovins infectés qui ont pu en 2000 entrer
dans la chaîne alimentaire.

 

Le stockage des farines animales

L'interdiction des farines animales, pour satisfaisante qu'elle soit, a un inconvénient : on ne sait où les
stocker. Il y a celles produites avant l'interdiction et celles à venir,
provenant de la transformation des animaux morts en champ, de plus de trente mois positifs aux tests d'ESB et de leurs compagnons d'étable, celles encore issues de déchets divers (Certains déchets non classés " à risque ", provenant des carcasses, des chutes de viande, et d'os, appelés
" co-produits animaux ", constituent des matières de base abondamment utilisées dans les industries de la savonnerie, des cosmétiques et de la gélatine.
). Soit 650 000 tonnes de farines (280 000 tonnes de graisses par an). Destinées à être brûlées, ces farines doivent d'abord être stockées. Des sites ont été choisis par les préfets, sans concertation avec les élus locaux et leurs administrés, sans information sur les conditions de stockage, les normes en vigueur, les risques encourus. Un black-out complet qui augure mal du souci
de transparence annoncé par le gouvernement.
Voici la liste des sites retenus dont certains sont déjà opérationnels :
dans l'Ouest : Plestan-Cooperl, Lanjouan-Cooperl, Lanrodec-Danno, Berrine-Riou, Fougères-Gelin, Céré- grain-Montoire, Stocaloire, Saint- Saturnin-du-Limet, Locminé, Guidel- Jaouen, Saint-Gérand ;
dans le Sud-Ouest : Chatillon-sur- Thouet (2 sites) ;
dans l'Est : Strasbourg (2 sites) ;
dans l'Essonne : Sainte-Geneviève- des-Bois.
D'autres sites sont envisagés : Somsois (Marne), Arengosse (Landes), Cintheaux (Calvados), Saint-Dier-d'Auvergne (Puy-de- Dôme), Quincieux (Rhône).
À Quincieux, un collectif s'est organisé, le Cifaq (Contre l'installation des farines animales à Quincieux, 34, rue du 8-Mai-1945, 69650 Quincieux), pour informer la population sur les risques encourus et identifiés, parmi lesquels :
un risque de pollution par contamination de la nappe phréatique ;
un risque d'explosion par échauffement des farines (ce qui se passe dans tout silo de stockage de poudres fines) ;
des nuisances liées aux odeurs de destruction ;
un risque de pollution par des poussières contenant en particulier de l'histamine et susceptibles de provoquer des allergies respiratoires ou des réactions bronchiques.

 

 

Abonnement Gratuit à la News Letter
E-Mail :
Nom (optionnel) :
  Inscription

 

 

 

 

 

 

L'ESB créatrice d'emplois

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Les besoins en traçabilité et l'obligation de réaliser des tests de dépistage sont sources de nouveaux emplois.
Niveau tests, le français AES Laboratoire distribue le test mis au point par le laboratoire suisse Prionics ; il est en concurrence avec le tandem CEA Industrie-Biorad, dont le test a été mis au point plus tard par le CEA (Commissariat à l'énergie atomique).
Niveau traçabilité, les deux poids lourds sont la société lyonnaise Tracing Server et Agro Marchés internationaux. Le premier vient d'attaquer le second en justice pour propos diffamatoires !

 

Retour

Dossiers - Thèmes - Accueil - S'abonner - Email - Accueil Medecines Douces - Forum - News letter - Moteur de Recherche

Copyright Alternative-Santé L'Impatient © 1998 - 2001