Alternative Santé, le mensuel de votre santé au quotidien. Se soigner autrement grâce aux ressources des médecines alternatives et naturelles.

Alternative Santé. Etre responsable de sa santé, prévenir la maladie, se soigner par des médecines douces, alternatives et naturelles


Alternative Santé, comprendre pour agir
 
SEPTEMBRE 2004

 

 

...





 

Silicium organique :
effets positifs et controverses

La publicité faite au silicium organique - notamment vendu sous le nom de G5 -, à l'occasion du procès de Loïc Le Ribault (l'inventeur du G5) profite à un vrai produit de santé méprisé par la médecine officielle. Et pourtant...

 

 

"votre produit m'a guéri du psoriasis " ; " Au bout de 15 jours de G5 (silicium organique), mes douleurs de dos consécutives à 6 accidents avaient disparu à 80 % " ; " Les douleurs de ma mère liées à son arthrose ont cédé " ; " Grâce à un mois de traitement sur une chondrocalcinose du genou récalcitrante, je commence à pouvoir remarcher après quatre mois passés avec des béquilles " ; " L'acné de ma fille va beaucoup mieux avec une cure de G5, cela fait six ans que nous essayons divers produits, c'est la première fois que nous avons un tel résultat " ; " J'ai 70 ans, et je prends du G5, mon médecin ne comprend pas l'amélioration de mon état général ", " Atteinte de rhumatismes déformants, votre produit m'a permis de récupérer la mobilité de la main droite et le dégonflement des doigts, et le pouce de main gauche ne se coince plus… " ; " Un ami danois souffrant de fatigue chronique a essayé le G5, il se sent beaucoup mieux " ; " Mes nodules thyroïdiens ont diminué de volume sous l'effet du silanol (silicium organique) ; et quand je suis prise de migraine, une noix de gel étalée sur le front me soulage immédiatement. "

Cette litanie de " miracles ", aussi surprenants soient-ils, est tirée d'autant de courriers (authentifiables car écrits à la main) adressés à Loïc Le Ribault. Ils attestent de l'intérêt de son produit. Alors, le procès qui lui a été fait est-il une nouvelle chasse aux sorciers, inventeurs de molécules " miraculeuses " ?
Il est nécessaire de bien distinguer d'une part le produit à base de silicium organique, et d'autre part l'homme, expert en sable et en criminologie, récemment condamné à douze mois de prison dont six fermes pour " exercice illégal de la médecine et de la pharmacie ".

> Artérites, ostéoporose, kystes
Qui a vu une bambouseraie ou ramassé de la prêle au bord d'un chemin n'a pas manqué de s'étonner à la fois de la solidité et de la flexibilité de leurs tiges (qui servaient, pour les bambous, à fabriquer les cannes à pêche). Leur point commun : une extrême richesse en silicium, les cendres de prêle en contiennent près de 80 %. Sans prétendre à ces taux considérables, tous les organismes vivants en sont composés. Il se trouve principalement dans les tissus conjonctifs (1), responsables - avec les tissus osseux - de leur structure. Il assure la fermeté des tissus, leur souplesse et leur élasticité (2). Mais la présence de ce minéral se réduit au cours des ans, à 70 ans un organisme humain a perdu plus de 70 % de son capital silicium d'origine.
Qu'à cela ne tienne, imagineront les esprits logiques, pour garder la souplesse
de ses artères et de ses articulations, il n'est que de compenser ces pertes. Sauf
que le silicium (celui contenu dans de la prêle séchée …
…par exemple) est très peu assimilable par l'organisme. Seul du silicium organique (c'est-à-dire associé à du carbone, caractéristique des organismes vivants) est capable d'être utilisé, mais le fabriquer n'est pas chose aisée.

> Duffaut,le vrai inventeur
Le premier à avoir réussi l'opération à partir de grains de sable (constitués essentiellement de silice) et après diverses réactions physico-chimiques, est Norbert Duffaut, en 1957. La molécule obtenue est le " méthylsilanetriol ", qu'il a nommée, après en avoir amélioré la formule, de ses initiales DN1, puis DNR pour " Duffaut Norbert remède ". Sous le nom de Conjonctyl® et partiellement remboursé par la Sécurité sociale, le DNR gagne les officines (3) avec pour indications les problèmes d'artérites, d'ostéoporose et de kystes au sein. Dans L'écologie au secours de la vie, Une médecine pour demain le Dr Jacques Janet (4), ami proche de Norbert Duffaut - les deux hommes ont réalisé ensemble de nombreuses expériences avec le DNR -, cite comme autres domaines d'action du silicium organique : la rhumatologie, les affections cardiovasculaires, l'ophtalmologie (un collyre : le Dulciphak® à base de méthylsilanetriol est toujours disponible en pharmacie), la dermatologie, la neurologie (dans les maladies dégénératives telles que la maladie de Parkinson et la sclérose en plaques), la stomatologie, les pathologies infectieuses d'origine virale (hépatites) et la cancérologie (pour pallier en particulier aux effets secondaires de la radiothérapie et de la chimiothérapie). Le moins que l'on puisse dire est que cette molécule n'est pas inconnue de la pharmacopée et que beaucoup de médecins peuvent témoigner de son efficacité.

> Du G5, sinon rien !
Dans les années 1970, un autre homme, Loïc Le Ribault, étudie le sable et les micro-organismes (bactéries, algues comme les diatomées) qui entourent les grains. Remuant à des fins d'expérience ce " mélange " sableux, le chercheur constate la disparition de ses lésions de psoriasis aux mains. Sa perplexité quant à l'effet produit trouve réponse dans les nombreux travaux de Norbert Duffaut. Les deux hommes se rencontrent et à partir de 1982, ils entament une étroite collaboration scientifique, qui aboutit à la mise au point de nouvelles compositions à usage thérapeutique, toujours à partir du fameux méthylsilanetriol ; ils déposent même, indépendamment l'un de l'autre, divers brevets. À l'inverse des autorités de santé, qui restent sourdes aux résultats d'expérimentations démontrant les effets positifs des molécules mises au point, les malades se pressent de plus en plus nombreux auprès des deux chercheurs pour bénéficier des précieux " médicaments ". Quand, en 1993, Norbert Duffaut
décède, Loïc Le Ribault - qui n'est pas docteur en médecine mais docteur es-sciences -, continue à soigner les malades et il lance en 1994 une molécule nouvelle - c'est lui qui l'affirme - baptisée G5 (pour 5e génération).

> Prison ferme
Si le G5 et le DNR correspondent tous les deux à du silicium organique, très précisément du méthylsilanetriol, qu'est-ce qui les différencie l'un de l'autre ? Le DNR est obtenu par opération physico-chimique, le G5, lui, serait extrait des micro-organismes se développant autour des grains de sable dont ils " digèrent " la silice, la transformant en silicium organique. Surtout, contrairement à son proche cousin, il est buvable (5), ce qui en augmente considérablement les possibilités d'utilisation. Le G5 rencontre un vif succès chez les malades, la presse du Sud-Ouest s'en fait l'écho et augmente encore l'aura de Loïc Le Ribault et le nombre de ses clients. Les Ordres des médecins et des pharmaciens prennent ombrage de ce scientifique qui empiète sur leur plate-bande et de sa molécule miracle, ils portent plainte. Loïc Le Ribault s'enfuit vers les Caraïbes, revient dans l'Hexagone où il fait trois semaines de prison préventive. Placé sous contrôle judiciaire, il sort de prison mais part à Jersey puis en Irlande d'où il continue la commercialisation du G5. Revenu en décembre 2003 en Suisse, il est extradé vers la France, enfin traduit devant le tribunal correctionnel de Bordeaux, et condamné. Ses torts : n'être ni médecin, ni pharmacien ; avoir vanté publiquement les vertus thérapeutiques de son produit ; avoir proposé des solutions buvables de silicium organique, ce qui est interdit… …en France mais autorisé en Suisse, Espagne, Belgique. " Il fait partie, considère le Dr F. Q., médecin homéopathe aujourd'hui à la retraite, de ces francs-tireurs qui ne sont pas dans la sacro-sainte ligne droite de la médecine officielle. Pour ma part, j'ai souvent eu l'occasion de conseiller du G5, particulièrement dans les problèmes de douleurs liées à l'arthrose et les lésions de la peau (eczéma, psoriasis…) avec des résultats souvent très intéressants. Je ne dis pas que c'est la panacée, d'ailleurs je ne connais rien qui soit la panacée, mais généralement au bout de deux à trois semaines de traitement il y a une nette amélioration de ces pathologies. Surtout je trouve paradoxal qu'on n'inquiète pas les autres distributeurs de silicium organique. "

> Luttes d'influence

> Où trouver le silicium organique

Pour consulter la suite de ce document

Cécile Baudet


Abonnement Gratuit à la Lettre Mensuelle de Médecines Douces
E-Mail :
Nom (optionnel) :
  Inscription

 

 

A la Une ce mois-ci

 

 

 

 

Dossiers - Thèmes - Accueil - S'abonner - Email - Accueil Medecines Douces - Forum - News letter - Moteur de Recherche
Copyright Alternative-Santé © 1998 -