Médecines Douces

Le chant dans tous ses états. Dr Bernard Rosa

Passons le chant au crible d’une conception intégrative de la santé…



Le chant dans tous ses états. Dr Bernard Rosa

Par la chorégraphie de ses molécules, chacune de nos cellules tente de s’adapter à son milieu et de satisfaire ses besoins, voire ses envies. En cas d’échec, des gènes inappropriés peuvent s’activer et accroître les risques de mal fonctionner, de se suicider, voire de se cancériser. Mal travailler ou ne rien faire nous rend malade. Bien réagir à notre environnement maintient et restaure notre bonne santé. Et, même si notre conscience ne les perçoit pas, des souffrances peuvent altérer notre santé et la qualité de notre chant. Donc, si "bien chanter" peut nous guérir, il arrive que "mal chanter" nous rende malade.

Or, un humain adulte comporte environ 1000 téras cellules. Toutes collaborent entre elles, pour accomplir des tâches qu’aucune ne peut réussir seule. Chacune reste pourtant un être vivant à part entière qui effectue une multitude de tâches simultanément.

Ainsi, en comparant nos souvenirs à nos perceptions et à nos sensations nous élaborons nos sentiments, nos émotions…

Et nos sécrétions hormonales, nos positions corporelles, notre état d’esprit, nos respirations et nos autres gestes varient selon les situations : stress, lutte, course, équitation, cyclisme, marche, conduite auto, repos, endormissement, défécation, chant

Des contraintes mécaniques se propagent à tout notre organisme à chacun de nos mouvements. Il exige la collaboration de la plupart de nos muscles, de leurs tendons, de leurs neurones, de capteurs sensitifs, et des artères, des veines et des lymphatiques dédieés à tous ces organes… A chaque instant, s’ils ne sont pas là où ils devraient être, des muscles, des articulations, des viscères ou d’autres organes peuvent en pâtir. Il existe donc d’innombrables causes à nos souffrances et à nos dysfonctions, y compris quand nous chantons. Pour les traiter, il suffit souvent de faire n’importe quelle gestuelle adaptée à  une situation, par exemple :

RESTAURER LES CONNEXIONS ENTRE LE CORPS ET LE CERVEAU

Un syndrome constant rassemble tous les signes présents chez tous les membres d’une espèce affectés par une dysfonction donnée. Son syndrome variable regroupe tous les autres signes dus à cette cause. Une dysfonction entre les cervicales et le crâne perturbe les connexions entre le cerveau et le corps. Elle n’a pas de syndrome constant et son syndrome variable s’avère imprévisible. Parfois muette, elle sera suspectée sur au moins un de ces signes : vertiges, acouphènes, troubles de la concentration, maux de tête, tableau clinique "bizarre", altération de l’efficacité des apprentissages ou des soins, notamment en chant. Cette dysfonction résultant rarement de maladies ou de malformations graves, il faut toujours les évoquer, voire les explorer. La plupart de ces mauvaises connexions résultent d’une démarche où le talon heurte bruyamment le sol.

 




Rédigé le 12/06/2015 à 17:51 modifié le 12/06/2015


Lu 1029 fois





Nouveau commentaire :

Environnement | Santé | Revue Hypnose & Thérapies Brèves


Paris















Petites Annonces
Hypnose Infos
Hypnose à Paris, Ericksonienne, Thérapeutique, Médicale. Cabinets de Praticiens en EMDR, IMO, Thérapie Brève. Formation, Consultations et Avis
Au sujet d'Hypnose
Autour de l'Hypnose: EMDR, Thérapie Brève & Intégrative. De la Formation au Thérapeute. Paris, Marseille, Nancy

Nouveaux Praticiens Inscrits, Hypnose Ericksonienne, Sophrologie, Ostéopathie, Thérapie Brève, Acupuncture, EMDR, Paris, Marseille, Lyon ...
 



Marseille


Liens Utiles Sites Thérapies Complémentaires - Mots clés les plus recherchés en Thérapies Complémentaires - Conditions Générales d'Utilisation